“Sociétés de frontières” (I): Peter Sahlins et la frontière franco-espagnole

Peter Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le XVIIe siècle, Paris, Belin, 1996.

Compte rendu par John CORTON (Université de Lorraine, Nancy)

Peter Sahlins est un professeur d’histoire à l’université de Californie, à Berkeley depuis 1989 après avoir étudié à l’université d’Harvard et à l’université de Princeton où il obtient son doctorat avec une thèse intitulée Entre la France et l’Espagne : les frontières du territoire et de l’identité dans une vallée pyrénéenne, 1659-1868, soutenue en 1986. Il est spécialiste de l’Europe moderne et ses recherches et réflexions sont tournées vers l’immigration, la nationalité, la citoyenneté, les identités et les frontières dans la France entre le début du 17e au 19e. En 1989, dans la continuité de sa thèse, il rédige et publie ce livre Frontières et identités nationales : La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le XVIIe siècle, traduit en catalan en 1991 et en français en 1993 et édité par Belin en 1996. La traduction du titre en français fait disparaître la notion de construction de la frontière, car le titre anglais est Boundaries : the Making of France and Spain in the Pyrenees, qui met directement en avant la construction de la frontière et donc du territoire politique. Le titre français retire cette dimension en posant uniquement les questions des frontières et des identités nationales, sans l’aspect de construction progressive, comme si celles-ci étaient déjà acquises dès le début de la période.

Peter Sahlins rédige ce livre au moment de la construction européenne, en 1979, la mise en place d’un véritable Parlement européen, renforcé par la signature de l’Acte Unique européen en 1986 ainsi que le traité de Maastricht de 1992 permet de mettre en place une véritable structure politique supranationale et intercommunautaire. Il y a une forme d’homogénéisation de l’Europe, l’abattement des frontières, face auxquels, selon l’auteur, des identités et des territoires persistent dans leur particularité et accentuent leurs différences. Il parle « d’Europe sans frontières. ». Avec les accords Schengen de 1995, l’Europe devient un territoire sans frontières intérieures, ceci amène à une réflexion sur les aspects d’identités et de territoire. Les sociétés de frontières développent justement des liens sociaux, politiques, de productions culturelles, d’interactions, de part et d’autres de la frontière. Etudier la frontière et les sociétés de frontière permet de porter un regard sur les marges des territoires nationaux. Egalement, le livre de Peter Sahlins permet une évolution historiographique, l’étude des frontières et leurs constructions relevaient de l’histoire diplomatique, néanmoins, l’auteur ajoute une dimension d’histoire culturelle. L’histoire culturelle est définie par Jean-François Sirinelli et Michel Sot comme étant l’étude de la manière dont les « hommes représentent et se représentent le monde qui les entoure ». Depuis les années 1970, cette histoire culturelle a une forme d’autonomie, grâce à la prise de conscience de l’utilité de l’anthropologie dans la science historique. L’histoire culturelle c’est donc également l’étude des idées, de la circulation des idées et de leurs constructions, les pratiques, les réceptions culturelles. L’étude de l’identité nationale, régionale, locale fait donc parti du domaine de l’histoire culturelle. De plus, René Remond écrit que la différence entre l’histoire diplomatique et l’histoire des relations internationales se situe justement dans l’imprégnation de l’histoire culturelle à l’histoire diplomatique. Ce livre a permis d’ancrer encore l’idée selon laquelle l’étude du territoire, de la construction du territoire peut effectivement se conjuguer avec l’étude du nationalisme, des identités, de l’expression de celles-ci.

La Cerdagne est un comté passé sous autorité des comtes de Barcelone en 1117. L’étude de l’auteur débute avec le traité des Pyrénées de 1659 qui fixe la frontière franco-espagnole sur la Cerdagne, divisant le comté de Cerdagne en Cerdagne espagnole et Cerdagne française. L’autorité ecclésiastique demeure l’évêché d’Urgell, en Espagne. La frontière, initialement, est un tracé militaire. Mais il y a un passage progressif au cours de l’Ancien Régime vers une multitude de frontières, ecclésiastiques, fiscales, municipales…. Celles-ci impliquent encore des divisions au sein de la Cerdagne. Au cours du XVIIIe siècle, il y a une nécessité de, selon le juriste suisse Emmerich de Vattel (1758) « marquer avec clarté et précision les limites des territoires ». Dès lors, tout comme le paysan qui délimite son champ avec des barrières, la France entre dans l’ère des « traités de limite » pour consolider ses annexions, comme la Lorraine en 1766. Apparaît donc la notion de « frontières naturelles », basées sur les ruisseaux et fleuves car ils sont stables et permanents, et sur les chaînes de montagnes, comme les Pyrénées. Le « traité définitif des limites de la France et de l’Espagne » en 1785, en suivant la ligne de crêtes des Pyrénées, provoque une opposition de villages de Cerdagne, qui perdent certains de leurs privilèges, il y a donc une préoccupation des questions de frontières au niveau du village. L’identité des habitants demeure surtout un « patriotisme de clocher », l’identité est avant tout villageoise, avant de devenir nationale, au cours du XIXe siècle. Le villageois n’a pas avant ce siècle, le sentiment d’appartenir à une communauté plus vaste. Les conflits entre communautés villageoises sont fréquents, surtout sur la question des frontières entre villages, car les frontières délimitent le droit de ramasser le bois et d’utiliser les pâtures pour la communauté. Néanmoins, l’utilisation de la justice pour régler certains soucis de frontière démontre une implication dans la nation de la part de ces villages, qui reconnaissent une autorité plus haute. Pour une société de frontière, la construction de l’identité nationale n’est pas évidente : elle se construit par le bas, par le village et la communauté locale, plutôt que par le haut, sous impulsion de l’état. Cette identité nationale n’est pas forcément du patriotisme ou du nationalisme, mais en Cerdagne, cela sert surtout à marquer une différence avec l’autre Cerdagne. L’utilisation de la langue française est aussi un moyen pour les cerdans français de se distinguer des espagnols. La Cerdagne française et espagnole reste relativement unie au travers de la culture catalane, pour résister à l’un et l’autre des royaumes.

L’Espagne et la France vont plutôt faire un travail parallèle d’harmonisation et d’unification administrative de cette région. Les personnes éloignées de l’Etat voient néanmoins l’état se construire dans leur région, comme les cahiers de doléance remontés vers le roi en 1789 le montrent : il y a des résistances locales à l’Etat en Cerdagne. A la Révolution, les anciennes provinces seront encore divisées en unités administratives plus petites, les départements. En Cerdagne, la Révolution n’apporte aucun réel bouleversement, même si des villes entrent en conflit pour devenir les chefs lieux de cantons et sur la question des impôts. Par la Cerdagne, des idées révolutionnaires passent en Espagne, ce qui inquiète la couronne. Alors que le Premier ministre espagnol menace de mettre en place « un cordon à la frontière comme pour la peste », des troupes sont placées pour éviter le passage en Espagne de révolutionnaires. Lors des conflits entre la France et l’Espagne entre mars 1793 et juillet 1795, les troupes vont et viennent. Le traité de paix de Bâle du 22 juillet 1795 permet de fixer la frontière franco-espagnole sur les frontières naturelles de la France, c’est-à-dire dans les Pyrénées sur les crêtes. La frontière reste floue. La fixation du territoire français repose aussi sur l’adhésion à la nation des habitants de la Cerdagne, en acceptant la Constitution, ils doivent exprimer leur appartenance à la nation française.
L’évêque d’Urgell conserve, une autorité spirituelle et temporelle sur la Cerdagne française.

La Cerdagne devient un fief de la contre-révolution. Les prêtres réfractaires vont trouver refuge en Cerdagne, et beaucoup continuent de prêcher dans leur paroisse française. Le nombre d’émigrés du Roussillon vers l’Espagne est de plus de 3.000, la plupart reviennent dès 1796. Malgré le refus de la quasi-totalité des cerdans de servir dans l’armée française et les oppositions à la République, les cerdans affichent leur identité française, ce qui permet à l’état de s’implanter sur le territoire. Avec le traité de Bayonne, de 1868, la frontière franco-espagnole est fixée et bornée dans cette région. Les commissaires chargés de définir la frontière ont eu à travailler entre 1853 et 1866 pour définir clairement cette frontière, couplée à une démilitarisation de celle-ci.

Cet ouvrage retrace la constitution du territoire et de la politique du territoire (17-18e), de la nationalisation du territoire (Révolution) et de la politisation du territoire (nationalismes au XIXe). La Révolution française a créé une conception nationale du territoire et le XIXe siècle a permis de donner une dimension politique de la souveraineté nationale à la frontière. Ainsi, avec un tracé précis, les habitants de l’un ou l’autre des côtés de la frontière vont exprimer leur identité nationale, sans mettre de côté leurs intérêts locaux. Ce livre de Peter Sahlins permet de lier les questions de territoire et d’identité, dans un domaine d’étude qui dépasse les questions politiques et diplomatiques. Il inspirera donc d’autres auteurs, comme Daniel Nordman qui rédige Frontière de France. De l’espace au territoire XVIe-XIXe siècles, en 1999.


Über Maike Schmidt

Maike Schmidt ist Frankreichhistorikerin mit Schwerpunkt auf der Frühen Neuzeit. Seit 2021 arbeitet sie als wissenschaftliche Mitarbeiterin an der Universität Leipzig und erforscht in einem Postdoc-Projekt politische, ökonomische und soziale Interaktionsgeschichten im Saarraum vor 1789. Zuvor beschäftigte sie sich mit Jagdpraktiken am französischen Hof im frühen 16. Jh. Seit kurzem bloggt sie auf hypotheses zum Thema vormoderne Grenzräume. https://grenzraeume.hypotheses.org/

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.