“Sociétés de frontières” (II): Les frontières du Saint-Empire

Falk Bretschneider: Étudier la fractalité : les espaces du Saint-Empire entre pluralité des échelles et liens transversaux, dans: ibid./Christophe Duhamelle (dir.): Le Saint-Empire. Histoire sociale: (XVIe-XVIIIe siècle), Paris 2018.

[en ligne]

Compte rendu par Loïc LAZAROWICZ (Université de Lorraine, Nancy)

D’un point de vue historiographique, les frontières du Saint-Empire moderne ont été
délaissés pendant très longtemps par les historiens allemands. Toutefois, les travaux des
historiens français ont permis à ce sujet de sortir de son isolement, parmi ceux-ci on peut citer un article de Jean-François Noël « les problèmes de frontières entre la France et l’Empire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle paru en 1966 dans la revue historique. Un autre article, à titre d’exemple, cette fois-ci, de Christophe Duhamelle « Les Atlas historiques allemands », publié dans le Bulletin d’Information de la Mission Historique Française en Allemagne en 2005. Depuis un demi-siècle, le Saint Empire moderne est réétudié et connait un fort accroissement des connaissances. On a maintenant un objectif binational, des recherches menées par des historiens français et allemands comme peut le prouver cet ouvrage. On dispose de deux orientations autour du Saint Empire germanique : l’une étant que l’empire et les territoires au sein de celui sont séparées, chacun à sa propre histoire, ses propres institutions. L’autre étant la question de l’importance de l’état autour de l’empire allemand qui oriente les recherches historiques. En France depuis la fin des années 1990, il y a l’émergence d’une Reichgeschichte qui montre un intérêt autour des espaces du Saint Empire, on peut citer un article de Christophe Duhamelle « Les espaces du Saint-Empire à l’époque moderne » paru en 2004 dans la revue Histoire Économie et Société, il y a également un ouvrage de Christine Lebeau L’espace du Saint-Empire. Du Moyen Age à l’époque moderne, paru en 2004 et en 2010, nous avons l’ouvrage dirigé par
Hélène Miard-Delacroix « Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne ». A la fin des années 2010, la question de la pratique de la frontière territoriale est encore trop peu étudiée bien que selon Falk Bretschneider les sources sont abondantes dans les
centres d’archives et peu de travaux existent sur celle-ci, parmi ceux- ci on peut citer l’ouvrage d’Andreas Rutz publié en 2018 « Die Beschreibung des Raums. Territoriale Grenzziehungen im Heiligen Römischen Reich Deutscher Nation ».

Tout d’abord, au sein du St-Empire on ne peut pas parler de territoires morcelés ou
fragmentés mais plutôt de fractalité. La fractalité coïncide à des territoires qui ont des formes irrégulières, ils sont semblables mais aucun n’est identique. L’auteur précise également que la fractalité pour ce sujet peut désigner la communication et les échanges, il n’y a pas vraiment de matérialité de l’espace mais ce sont plutôt les rapports sociaux qui caractérisent un espace. Le Saint-Empire est composé d’une pluralité d’espace appartenant aux territoires qui le composent. De nombreuses divisions existent au sein de celui-ci, il n’y a pas une justice commune à l’empire, elle est différente d’un état et même d’une localité à une autre. On ne peut pas concevoir les limites du Saint-Empire comme celle d’un état, pendant longtemps la notion d’espace était synonyme d’espace politique donc d’état ce qui n’est pas forcément applicable pour le Saint-Empire. De plus les frontières de celui-ci sont difficiles à délimiter car certains territoires ne sont pas explicitement reconnus comme appartenant à l’empire. Il n’y a pas vraiment de continuité
géographique mais plutôt une continuité du patrimoine aristocratique, les territoires de l’empire évoluent par les mariages, les successions. Il faut ajouter que le pouvoir de l’empereur est assez faible mais depuis Maximilien Ier, le droit impérial pose des problèmes aux territoires qui souhaitent s’agrandir par la force. Effectivement, la paix publique perpétuelle de 1495, établit la suspension définitive du droit de se rendre justice soi-même dans tout le Saint-Empire. Le seul moyen pour les territoires de s’agrandir ne peut se faire que par le biais des mariages, échanges, achats, successions ou tout autre forme pacifiste. Cet ensemble spatial dynamique en constante recomposition pose beaucoup de problèmes pour établir des cartes à cette époque, on ne peut
donc représenter l’empire autrement que par un système de liens féodaux ou juridique.

Bien que les limites extérieures de l’espace impérial aient vu naître des sociétés
frontalières (sociabilités spécifiques qui transgressent et mobilisent cette frontière en cas de conflit), on a beaucoup plus de présence de ces sociétés frontalières à l’intérieur de l’empire entre les territoires où les conflits sont bien plus présents. Cela s’explique également par le fait que ces frontières ne sont que très rarement délimités de manière naturelles et sont donc facilement franchissable. Bien que la paix perpétuelle fût promulgué en 1495, des conflits éclatent encore au XVIe siècle à l’intérieur du Saint-Empire. Ces frontières facilement franchissables peuvent également inciter les habitants à quitter un territoire pour un qui serait frontalier et qui offrirait de meilleurs avantages fiscaux, politiques et de richesses. Ces flux migratoires peuvent se révéler
être de véritable entravent aux projets politiques des autorités.

Le Saint-Empire ne dispose pas de centre fort qui regroupe à la fois des lieux de vie
économique, politique et sociale dans une même structuration. A cette époque ce genre de lieux existe déjà en France ou en Angleterre. Ici, on parle plutôt de Capitale Plurielle de l’empire, on peut citer par exemple : Aix-la-Chapelle et Francfort pour les couronnements, Ratisbonne pour la Diète, tribunaux suprêmes à Vienne. A cela on peut même ajouter que les centres intellectuelles (universités) ne sont pas présents dans les villes précédemment citées. C’est un réseau multipolaire chaque ville à sa fonction mais plusieurs villes peuvent avoir la même fonction. Il n’y a également pas de capital au niveau impérial en raison du grand nombre de ville de résidence au niveau territorial. Tout ceci favorise donc d’autant plus les déplacements de populations et la porosité des frontières !

Dans le Saint-Empire, les espaces de la justice ne sont ni impériaux ni territoriaux. L’exemple de l’électorat de Saxe qui n’est pas un territoire uniforme de justice démontre bien cela. C’est au final une mosaïque de droit impériaux, territoriaux et locaux. Les trois ne sont pas des entités différentes mais se mêlent entre eux. En Allemagne, on préférait jusqu’à les récentes recherches sur le sujet, garder une vision de l’empire qui était un espace territorial unique et donc plus simple à comprendre et étudier. Toutefois les rapports sociaux dépassaient les délimitations de tel ou tel territoires et formaient sans cesse de nouvelles liaisons qui se devaient d’être étudiées. On peut pour cela prendre l’exemple des tribunaux du comté de Wernigerode, situé dans le territoire de l’électorat de Saxe, qui consultait des universités en dehors de ce territoire comme celle de Halle en Brandebourg Prusse. Une des idées qui ressort est que le fractal dispose de trois caractéristiques : l’autosimilarité (c’est-à-dire que l’on peut trouver des points communs à différentes échelles entre les territoires), l’absence d’un principe organisateur régulier (lié à la dynamique et à la modification des territoires mais également de l’absence d’une ville forte regroupant politique, économique et social) et d’une fluidité entre toutes les échelles d’observation. Cet article permet de démontrer que les frontières du Saint-Empire sont quelques choses de définies par les relations sociales entre les territoires, elles sont sans cesse évolutives et franchissables. Bien que dans d’autres pays, les frontières peuvent être amené à évoluer à l’époque moderne notamment en raison des guerres, elles sont souvent moins complexes et mieux définies que celle du Saint-Empire. Celui-ci n’étant pas du tout centralisé il est en opposition avec la France de Louis XIV par exemple notamment avec le système de cour où la noblesse est amené à se rendre à Versailles. La difficulté d’établir des frontières intérieurs précises pour le Saint-Empire peut remettre en question la cartographie de celui-ci. Les liens, les relations entre chaque territoire pourrait ainsi être apparent mais donnerait sans aucun doute, un résultat peu lisible. De plus la perméabilité entre les territoires intérieur du Saint-Empire peut être un outil de contestation de la modélisation des frontières sur les cartes.

Cet article étudie avant tout les frontières intérieures du Saint-Empire, toutefois les frontières extérieures de l’Empire si elles doivent être définies et tracés par soucis de relations diplomatiques avec les autres états européens connaissent-elles la même perméabilité que les frontières entre territoires internes ? Les frontières naturelles assurent une certaine imperméabilité au Saint-Empire, toutefois elles peuvent être perméables dans le cas où les territoires situés aux extrêmes limites de l’empire peuvent se revendiquer comme étant membre ou non de celui-ci selon les intérêts qu’ils auraient à y gagner en en faisant partie à un moment donné.


Über Maike Schmidt

Maike Schmidt ist Frankreichhistorikerin mit Schwerpunkt auf der Frühen Neuzeit. Seit 2021 arbeitet sie als wissenschaftliche Mitarbeiterin an der Universität Leipzig und erforscht in einem Postdoc-Projekt politische, ökonomische und soziale Interaktionsgeschichten im Saarraum vor 1789. Zuvor beschäftigte sie sich mit Jagdpraktiken am französischen Hof im frühen 16. Jh. Seit kurzem bloggt sie auf hypotheses zum Thema vormoderne Grenzräume. https://grenzraeume.hypotheses.org/

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.